XIV bis - Léon-Louis-Joseph DASSONVILLE - DUBAR


 

 

Léon Dassonville et Caroline Dubar
et leurs deux filles, Anne-Marie à gauche
et Caroline à droite

 

Léon-Louis-Joseph DASSONVILLE, fils de Martial Dassonville et de Justine Leplat est né à Tourcoing le 16 mars 1849, y décédé le 22 juin 1917 à l'âge de 68 ans. Il fut filateur de coton.

Il avait épousé à Tourcoing le 2 février 1875, Caroline DUBAR, fille de Chrétien-Fidèle-Joseph, fabricant de tissus et d'Hortence-Liévine-Joseph Cliquet. Caroline était née à Roubaix le 16 septembre 1851 et décédé à Tourcoing le 14 avril 1919.

Après la ruine de la filature de son père, Léon se retrouva sans situation. La dot de Caroline (75.000 F or) avait été engloutie dans la débâcle.
Le couple habitait avec leurs neuf enfants au 45 Boulevard Gambetta à Tourcoing, une maison construite pour eux par la maman de Caroline en 1885 et dont elle était toujours propriétaire. Pas de loyer, mais un entretien très lourd. On devine les privations de la famille pour paraître riches bien que ruinés.

Après l'échec de la mise au point d'une machine à teindre, en collaboration avec un chaudronnier, Léon se trouvait complétant désemparé quand son frère Victor vint lui parler de la carde fileuse. Voici ce que ce dernier a raconté :
"Chargé de maintenir en activité le tissage d'ameublement provenant de la liquidation de la Sté en commandite Prouvost Jeune, je m'étais rendu compte que les fils dits carde fileuse produits en petites quantités en Normandie, donnaient au tissu la souplesse et couvraient mieux les fils de la chaîne. Bien qu'une commandite me fut offerte par un certain M. Boremans de Gand pour continuer l'exploitation du tissage, je proposai à mon frère Léon de m'associer avec lui pour exploiter une petite filature de laine cardée alors louée pour y filer des déchets de coton".

Ainsi fut fondée le 15 décembre 1890, la "Sté Léon & Victor DASSONVILLE & C°". Magnifique exemple de courage, de confiance, mais aussi d'entente et d'entraide fraternelle de la part de son frère Victor et de son beau-frère Eugène Rigot-Dubar.

Les deux frères totalement ruinés apportèrent leurs connaissances bien modestes, puisque l'industrie du cardé leur était inconnue. M. Rigot-Dubar souscrivait seul, le capital de 50.000 F or. Cette somme servit à l'achat de quelques machines, accessoires, aménagement et fond de roulement. Le matériel loué avec les bâtiments, comprenaient : vieille chaudière, machine à vapeur à échappement libre et deux renvideurs alimentés par cardes à laine sans chapeaux.

Les bâtiments sis rue de l'Epine soit 500 m², comportaient une baraque en bois, qui fut le bureau de Victor. Léon s'occupait de l'intérieur et de la surveillance de jour et bien souvent de nuit, soit 160 heures en deux équipes par semaine. Les résultats ne pouvaient qu'être maigres.

Léon remettait chaque samedi sa paie à Caroline, cinq Louis d'or de 20 F ... et ils habitaient la plus grande maison du boulevard !

En 1892, survint la mort d'Hortence, maman de Caroline. La part d'héritage revenant à celle-ci, permit de songer à construire une nouvelle filature, car le bail de la petite usine de la rue de l'Epine qui avait été louée pour cinq ans, prenait fin en 1895.

Monsieur Masquillier-Odoux accepte de financer toute la construction dont le paiement se ferait en dix annuités, mais l'usine devait être érigée sur le terrain lui appartenant qu'il vendit 8 F le m² (la bande de terrain longeant la rue Jeanne d'Arc était vendue 12 F) à Monsieur Dassonville-Dubar pour le compte de qui il allait construire. L'acte de vente ne fut signé que dix ans plus tard, quand la créance fut totalement remboursée.  Monsieur Masquillier restait en fait propriétaire du terrain et avait en garantie de ses avances, les constructions et tout le matériel. En cas d'insuccès, c'était la ruine totale pour Léon, seul responsable vis-à-vis de Masquillier et seul propriétaire du matériel payé avec l'actif réalisable de la part d'héritage de son épouse.

C'est ainsi qu'en 1896, fut construite l'usine du Virolois.

La Sté L & V Dassonville & C° devint locataire de la filature qu'elle exploita jusqu'au 10 avril 1900, date à laquelle elle fut dissoute et remplacée par la firme "DASSONVILLE-DUBAR" pendant quatre ans. La société en nom collectif "DASSONVILLE-DUBAR Fils" lui succéda en 1904, au moment du mariage de son fils aîné Léon.

Les débuts de Dassonville-Dubar furent marqués par la crise de 1900 qui causa la ruine de nombreuses firmes tant en laine qu'en coton. Les banquiers étaient affolés et très sévères dans l'octroi des crédits. C'est ainsi que le crédit du Nord mit Léon en demeure de combler dans les 48 heures un découvert de 50.000 F. Son beau-frère Rigot-Dubar intervint pour désintéresser le banquier, mais imposa des directives d'ordre et d'économie et une grande prudence dans les achats de matières qui ne devaient pas dépasser la couverture de vente de filés et les possibilités de financement.

Les fils de Léon entrèrent à leur tour dans l'entreprise familiale. Pendant 15 ans, de 1891 et 1905, les résultats furent très médiocres. Des inventaires en bénéfices modestes alternaient avec d'autres en pertes. De 1900 à 1905, ils réalisèrent un bénéfice total de 78.000 F or, sans frais de gérance. Seul son fils aîné, Léon était appointé. Les amortissements étaient pratiqués chaque année et amélioraient la trésorerie et permirent le remboursement de la créance Masquillier avant 1904 (160.000 F or).

La comparaison des chiffres cités permet d'imaginer ce que fut la vie de sacrifice de Léon et Caroline et de leurs enfants qui durant quinze ans purent se demander si leur entreprise était viable. La ténacité de Léon soutenu par le grand esprit de foi de Caroline devait être récompensée et leur valoir une dette immense de reconnaissance de leurs enfants, de celui surtout, qui se trouve bien malgré lui, seul propriétaire, ou tout au moins principal bénéficiaire avec ses fils de cette tentative bien hasardeuse de 1896, où comme disait Caroline, ils jouaient leur dernière carte. Nous imaginons leurs soucis, leurs nuits d'insomnie !

En 1910, Léon céda l'usine à ses trois fils, Léon, Pierre et André après quatre années de prospérité qui incitaient ces derniers à développer la filature. Il leur céda d'abord le capital de 150.000 F or, puis les bâtiments et le matériel. Le nom DUBAR continua à figurer dans la firme et c'était justice. Les capitaux provenaient de la famille Dubar, notamment de la firme Dubar-Delespaul spécialisée dans le tissage de tissus de coton. Caroline fut aussi moralement la plus précieuse associée de son mari. Animée d'un grand esprit de foi, elle a soutenu son courage en lui faisant partager sa confiance dans la réussite de l'entreprise bien téméraire que fut la construction de l'usine du Virolois en 1896, réussite attendue pendant dix ans et bien méritée.

Ils sont tous les deux décédés à Tourcoing, Léon le 22 juin 1917 et  Caroline le 14 avril 1919.

De l'union de Léon et Caroline naquirent neuf enfants :

1 - Léon-Martial-Fidèle-Marie-Joseph DASSONVILLE, filateur de coton né à Tourcoing le 5 février 1877, décédé à Bruxelles le 7 mars 1960. Il avait épousé à Amiens le 12 avril 1904, Marthe-Christine-Marie VANOYE, fille de Henri-Louis-Joseph, agent de charbonnage et de Louise-Aimée-Joseph Mulliez, née à Lille le 17 juin 1877. Sa jeune soeur, Thérèse épousa le frère de Léon, André Dassonville. Ils eurent une fille :

a - Marthe-Léonie-Louise-Marie-Joseph DASSONVILLE, née à Tourcoing le 26 février 1905 épousa en 1925, Philippe GERARD. Le couple a habité à Ixelles en Belgique.

aa - Marthe GERARD

bb - Philippe GERARD

cc - Michel GERARD

2 - Joseph-Marie-Justin-Carlos DASSONVILLE, né à Tourcoing le 7 mars 1878, décédé à Lille le 16 mars 1944. Il fut religieux de la Compagnie de Jésus, chevalier de la Légion d'Honneur, croix de guerre (5 citations). Il obtint le prix Monthyon pour son livre "Pour relever les ruines" (25 novembre 1920).

 

CITATIONS DECERNEES A JOSEPH-MARIE DASSONVILLE

CITATION AU CORPS D'ARMEE

L'aumônier Dassonville Joseph, du 124e R.I.

 

Aumônier superbe de bravoure et de dévouement. Pendant la journée du 22 mai 1916, a prodigué, sous le feu le plus violent, ses encouragements aux blessés et élevé le moral des combattants par son magnifique exemple et son complet mépris du danger.

 

Au Q.G. le 16 juin 1916

Le général commandant le 3e corps d'armée,

LEBRUN

 

CITATION A L'ORDRE DE LA IVe ARMEE

 

Aumônier volontaire. Pendant la période du 27 mai au 14 juin 1917, n'a pas hésité à se porter jusqu'aux premières lignes pour porter les secours de son ministère et cela malgré les plus violents bombardements, notamment les 27 et 31 mai et le 10 juin. A  mérité qu'à son passage, un soldat dise à son camarade :

"Oh ! Regarde donc l'aumônier ! Il passe au milieu des marmites et ne se baisse même pas". Exemple admirable du mépris du danger.

 

Au Q.G, le 27 juin 1917

Le Général commandant la IVe armée,

GOURAUD

 

CITATION AU CORPS D'ARMEE

 

Aumônier du régiment, qui depuis le début de la préparation de l'attaque, a porté aux unités en ligne le réconfort de sa présence. Depuis le 15 juillet 1918, n'a pas quitté un instant les lignes, malgré les violents bombardements auxquels elles étaient soumises.

 

AU Q.G, le 7 septembre 1918

Le Général commandant le IVe corps d'armée

(illisible)

 

G.Q.G DES ARMEES NORD ET NORD-EST

 

En vertu des pouvoirs qui lui sont confiés par la décision ministérielle N° 12.285 K. du 6 août 1914, le Général commandant en chef a fait, à la date du 13 novembre 1918, dans l'ordre de la Légion d'Honneur les nominations suivantes :

         Chevalier : M. Dassonville Joseph-Marie, aumônier à la 4e section infirmiers militaires, groupe de brancardiers d'une division d'infanterie.

         Au front depuis le début de la Campagne, a toujours fait preuve, dans les plus graves circonstances, des plus hautes qualités de dévouement, de calme et de bravoure. Méprisant le danger, s'est toujours prodigué auprès des blessés sur le champ de bataille. A fait, depuis quatre ans, l'admiration du Régiment par son courage et sa charité inépuisable, à Andechy, Perthes, Baconnes, Verdun, eu Casque et au Téton, puis à l'offensive du 15 juillet 1918.

A été blessé grièvement en Champagne, le 5 octobre 1918, au cours du combat d'Orfeuil.

         Cette nomination comporte la Croix de guerre avec palme.

 

Au G.Q.G, le 15 novembre 1918

Le Général commandant en chef

PETAIN

 

CITATION A L'ORDRE DU REGIMENT

 

D'une bravoure légendaire au Régiment. Dans la nuit du 26 au 27 octobre 1917, au Mont-Blond, après avoir exalté bien haut les soldats d'une compagnie chargée d'exécuter une incursion profonde dans les tranchées ennemies, s'est élancé à l'attaque pour venir en aide aux blessés le plus tôt possible et à secouru dans la première ligne ennemie, un Allemand très grièvement blessé qu'il a réussi à ramener dans nos lignes.

 

A Charlieu (Loire), le 6 février 1919

Le Lieutenant-Colonel commandant le 124e R.I

DE LA GIRAUDIERE

3 - Georges-Emile-Louis DASSONVILLE, né à Tourcoing le 30 décembre 1879. Il fut religieux Rédemptoriste, supérieur à Riobamba en Equateur et ensuite, Vice-Provincial des Rédemptoristes à Buga (Valle) via Colon en Colombie. Il est décédé à Buga en Colombie le 30 juin 1962.

4 - Pierre-Gustave-Joseph DASSONVILLE - ROUSSEL, qui suit en XV 

5 - André-Carlos-Jules DASSONVILLE - VANOYE, qui suit en XV

6 - Anne-Marie-Eugénie-Paul-Vincent DASSONVILLE, née à Tourcoing le 19 juillet 1887, y  décédée le 31 mars 1966. Elle était célibataire.

7 - Edouard-Léon-Louis-Charles DASSONVILLE, agent d'assurances à Casablanca au Maroc, né à Tourcoing le 24 décembre 1890, décédé le 21 juin 1941. Il épousa à Tourcoing le 15 mai 1920, Magdeleine-Elvina-Sidonie-Marie LORTHIOIS, née à Tourcoing le 5 février 1894, fille de Charles-Jean-Baptiste, négociant en laines et de Léona-Augusta-Marie Renard. En 1962 ils habitaient à Fontenay-aux-Roses (Seine).

8 - Joséphine-Victor-Marie DASSONVILLE, est née à Tourcoing le 11 janvier 1893, religieuse Bernardine à Audregnies en Belgique. Elle fut également religieuse d’Erquemes.  En 1962, elle fut Bernardine à Westcliff on Sea (Essex) en Angleterre où elle est décédée en 1984.

9 - Caroline-Justine-Hortence-Marie-Joseph DASSONVILLE - HUBERT, qui suit en XV

 

 

 

Vers Pierre Dassonville -Roussel

Vers André Dassonville - Vanoye

Vers Caroline Dassonville - Hubert